Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux éditions Magnitude 7.0

Aux éditions Magnitude 7.0

Ne vous fiez pas à votre première impression sur la couverture et le titre, regardez à deux fois...

« Alice aux petites balles perdues » d’Aurelie Lesage n’est pas de la « young romance », bien au contraire! L'auteur nous transporte dans un monde beaucoup plus dur, plus noir et plus réaliste... Le monde merveilleux de la petite Alice de notre enfance accompagnée de son petit lapin, a bien changé.

 

Le pitch :

Alice est une ado un peu paumée, qui se cherche, et qui surtout attend le grand amour; C'est une bonne élève mais peu sociable. Elle n'a pas d'amis, hormis Nikki, mais le mot est un peu fort. Entre elles c'est plutôt un échange de bons procédés;  Nikki se sert d'Alice comme la "copine moche" pour se valoriser et lui faire ses devoirs de maths, Alice la voit comme la "blonde des années 2000", bimbo superficielle pas "fute-fute"  mais qui lui permet d'entrer dans les soirées et de ne pas être seule.

Ce soir là, même si elle n'en a pas envie et traîne des pieds, Alice se retrouve chez Fred avec Nikki. Les deux-là montent vite dans la chambre et Alice reste avec Marc, un jeune homme charmant qu'elle aime bien, mais qui ne manifeste visiblement aucun désir. Il parle beaucoup, philosophe aussi mais ... rien!  La frustration gagne Alice qui aimerait tellement connaître l'Amour avec un grand A, devenir une grande personne , Une fois Nikki et Fred redescendus, l'alcool aidant, la bêtise de ses "amis" aussi, Alice accepte le pari fou de se donner rdv chaque matin sur Skipe et de tirer à la roulette russe  avec le pistolet que Fred lui a remis. C'est idiot, débile même.... Elle le sait. Mais elle n'a rien à perdre, sa vie ne lui convient pas, l'adolescence est l'âge où on défie la mort... Et surtout; sa fierté lui interdit de renoncer. Jamais elle ne se mettra en position de faiblesse et de renoncement face à eux; Elle est bien plus forte que ça....

 

Mon avis:

Le pari est osé, ridicule même; Mais qui sait ce qui se passe dans la tête de nos ados. Leur vie est de plus en plus violente, ils ont moins de repère, rien n'est très grave, et ça se retrouve dans les faits divers...

Ce livre, dans sa construction, m'a fait penser au film 'La Haine" de Matthieu Kassovitz, sorti il y a 25 ans... 

Alice est "folle" de faire ça et en même temps elle est pleine de courage. Son "road trip" sur Paris, elle qui n'est jamais sortie de sa banlieue, la force à aller au-delà d'elle-même, de s'affranchir de ses parents, de repousser ses limites et donc d'apprendre à se connaitre. Elle aurait pu y passer cent fois, rien que dans son voyage aller en RER; Elle aurait pu se faire violer, et pour le coup, son arme lui a bien sauvé la vie... Elle rencontre la vérité crue de la vie, les relations hommes-femmes, la générosité et l'entraide des jeunes aussi... L'importance de la beauté et son pouvoir pour obtenir ce qu'on souhaite...

Cette folle semaine à jouer à la roulette russe, à côtoyer une nouvelle vie qu'elle ne connait pas, à faire des rencontres hasardeuses, la fait grandir, mûrir en accéléré...

Pour le lecteur, c'est aussi le tourbillon des sensations. Quelle est cette voix qui parle à Alice et parfois à sa place, qui s'impose de plus en plus, qui renverse et bouscule l'histoire. Qui est-ce? Quelqu'un qu'Alice a perdu trop tôt et qui la guide dans ses pas, son ange-gardien, sa conscience, ou son âme...? Alice est-elle morte, dans le coma, est-ce sa voix, qui nous raconte la vie qu'elle aurait dû avoir...;? Nous parle-t-elle à nous lecteurs pour nous guider et nous mettre en garde...?

Je vous laisse le soin de vous faire votre propre opinion. Chacun y verra l'histoire qu'il veut..; C'est la magie de l'écriture et le talent de l'auteur....

 

Les bonnes feuilles:

P.63: "Quand je regarde un visage, j'y vois les rides creusées par les larmes et les sourires, je plonge dans les yeux de cet autre et je ressens sa tristesse ou sa joie. Le visage est une belle chose quand on ne juge pas".

P.161: "Sache que tu portes un secret en toi, c'est le sens sacré de la vie; N'écoute pas ce qu'ils disent. Ils veulent tuer ta beauté. Chut! N'écoute pas et avance. Tu es. Sens le, là, à cet instant. Tu portes a vie en écrivant, en composant, en chantant, en enfantant, en faisant l'amour l'amour en amour, en désirant, en ne te préoccupant pas des apparences. Suis ton chemin. N'écoute pas les autres. C'est ton coeur qui sait. Ne les laisse pas faire. Ton coeur bat encore. Il sait ce qui est bon. N'écoute pas les femmes perdues et encore moins les hommes qui recherchent le pouvoir; Ouvre toi comme la fleur qui s'ouvre sur le printemps et tu verras comme c'est beau, la vie".

 

 

 

 

Tag(s) : #roman, #Jeune auteur, #contemporain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :