Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

210 pages aux Editions "Les Presses du Midi"

210 pages aux Editions "Les Presses du Midi"

En commençant la lecture de ce roman, nous sommes un peu décontenancés... En effet, quel est le genre? Quel est le thème? Ou va-t-on? Quel est l'enjeu? On s'interroge.

 

L'histoire:

Est-ce une interview, un interrogatoire? Qui est le coupable? Qu'a-t-il fait?

Guillaume Einaudi, se retrouve effectivement en tête à tête avec M. Jacques Reinhard dans son bureau afin de s'expliquer sur sa relation avec son beau frère, Alexandre de Naurley. "M" comme Monsieur ? Maître? Magistrat?

Il est vrai aussi que cet Alexandre de Naurley n'a pas l'air très clair. Un peu trop riche, un peu trop libre, un peu trop manipulateur avec les codes de la bourgeoisie, des affaires et du droit, un peu trop intronisé dans le milieu politique et proche du Président. Et notre affection pour lui s'en trouve d'autant plus amoindrie lorsque l'on apprend son implication dans un trafic d'armes avec l'Afrique, et ceci visiblement de génération en génération. Guillaume a-t-il senti "l'embrouille", a-t-il voulu créer le choc auprès d'Alexandre en démissionnant du cabinet et mettre ainsi fin à leur collaboration de plus de dix ans, tout en risquant d'ébranler son mariage avec Mathilde, cette femme du monde dont il est éperdument amoureux et admiratif?

Puis le déroulé des entrevues entre Reinhard et Einaudi prend un tour différent. Alors qu nous pensions le doigt accusateur mis sur Alexandre, il semble alors se tourner vers Guillaume. C'est vrai qu'il se retrouve toujours au milieu de situations incongrues, tout en en ressortant toujours les mains blanchies. Est-il si innocent que cela notre cher Guillaume? A-t-il un peu trop de chance, une trop bonne étoile? Ou au contraire a-t-il le don de toujours se "fourrer" dans des situations compliquées, voire dangereuses?

Est-il également si altruiste que cela? Car après avoir embrassé une carrière élitiste dans un cabinet d'avocats parisien très prestigieux et renommé, le voilà qui abandonne tout pour s'investir dans un association humanitaire qui aide l'Afrique et notamment le Burkina Faso à se développer... Partir vivre en province (en campagne girondine, réduire son train de vie, fréquenter des gens moins aristocratiques et leaders d'opinions...). Et quand plus tard il se retrouvera confronté au monde politique et mis en avant par la candidate du parti, on se dit que cet homme là est capable de plein de rebondissements... 

 

Mon avis:

Mené comme un interrogatoire de Police, même si ce n'est pas un polar, hors commissariat, mais dans des lieux plus feutrés, eu égard au rang social, on est tenu en haleine pour connaître les tenants et aboutissants. Jusqu'au bout, on aura de cesse de s'interroger sur le sujet du roman. Le dénouement n'en est que plus surprenant. Pour ma part, je ne m'attendais absolument pas à cette "révélation".

Guillaume Einaudi est un personnage intrigant. Il arrive toujours à retomber sur ses pattes, comme un chat, "le mec énervant" en somme! On pourrait croire qu'il part dans la vie avec moins d'atouts que ses amis, et malgré tout il arrive à les capter voire les surpasser. Il s'entiche de Mathilde de Naurley et devient, au même titre que son beau-frère, un héritier du cabinet familial, il est introduit à l'Elysée et s'octroie les faveurs d'un Ministre, Puis le retour de son ami d'enfance à la mort de la femme de ce dernier, lui donne accès à un nouvel emploi et l'occasion de montrer ses atouts, de briller, et se mettra ensuite en couple avec sa soeur. Tout comme sa rencontre avec Barbara Schlisser, tête de liste de son parti politique lui permettra d'accéder au milieu politique, de se présenter à sa place: elle" le couvrira contre des scandales certains. Ce cher Guillaume Einaudi a toujours eu le soutien des femmes et elles lui ont toujours servi de "marche-pied", en pleine conscience, pour le faire accéder aux plus hautes fonctions. Cet homme est pour moi soit un maître en terme de manipulations, soit un être parfaitement bon qui sème des graines de bienfaisance et en récolte tous les fruits. Un peu des deux sans doute.

Ce roman nous prend en otage, on ne peut pas lâcher, on a envie de savoir. Le personnage est curieux, opportuniste, mais dans le sens positif du terme, celui de savoir saisir les opportunités qui se présentent à lui, les tourner à son avantage et les faire fructifier (il travaille beaucoup et a de grandes capacités). Mais il sait  aussi partager et les mettre au profit d'autrui. Un bel exemple de réussite, et de capacité à convaincre. Aussi bien Guillaume Einaudi dans le roman que François Rantrua (l'auteur) pour adhérer au roman, ... on comprendra mieux pourquoi c'est une "auto-fiction".

Je terminerai en empruntant le titre d'un paragraphe: "la politique n'est pas tout, mais tout est politique"... Tellement vrai! 

 

  

Tag(s) : #roman, #contemporain;, #intrigue

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :